"MA VIE AVEC JOHN WAYNE"

 

Texte original de Lise Martin

Comédienne : Pascale Barandon

Mise en scène : Laure Casteil

Musicien : Marc Simon

Scénographie : Daniel Fayet

Lunières :  Lutz Lange

 

 

Dates à venir...

11 Mars 2023 . St Dionisy

 

Livre d’or…

 Un bijou de folie et de sensibilité. SL

C'est super... Tout... Le texte, la mise en scène, l'interprétation de Pascale, un musicien chanteur génial. Une belle complicité...

Merci pour ce beau moment de spectacle. Françoise C

Un formidable rôle pour Pascale Barandon qui nous fait passer du rire à l'émotion la plus palpable. Allez y vous ne serez pas déçu. Alain B

C’est émouvant, absurde, et on se laisse pourtant gagner par l’empathie, on aime cette jolie folie qui emporte Jessie et qui la sauve de la réalité d’un monde qui n’est pas fait pour elle et dont elle se sort par le haut. Seul le rêve nous sauvera la vie. Hubert D.

Pascale Barandon actrice hors classe ! Excellente à tous points de vues. Mise en scène essentielle qui donne vie et action à ce monologue. Longue vie à cette belle pièce. Josette C.

Bravo ! C’était que du bonheur  Jean-Luc B.

Encore bravo Pascale ! Dominique L.

Merveilleuse comédienne, créative… Une petite perle ! Laurence C.

 

Impressionné par la performance et le jeu de l'actrice avec un texte riche et un personnage, j'imagine difficile à jouer. Vous avez dû beaucoup répéter pour vous imprégner de l'imaginaire et de la solitude de Jessie, qui avec son héros mythique John Wayne, erre dans sa recherche d'emploi (Il me semble aussi que ce personnage entier nous renvoie avec ironie à l'absurdité du monde marchand dans lequel nous vivons). Marc Simon impeccable avec une très bonne création musicale qui révèle bien "l'univers western" de l'héroïne. Je l'ai aussi trouvé très juste en tant qu'acteur. Le décor est spécialement réussi pour nous accompagner rapidement à découvrir la structure mentale de l'héroïne et nous plonger matériellement dans son univers fantasmé. Concernant la fin, la sortie est me semble-t-il indispensable, car elle permet au regard de se porter sur la télévision où l'on découvre la scène finale filmée !  Raymond A.

 

Bravo Pascale, très belle et impressionnante prestation. Tu as réussi à  nous faire partager toute une palette d'émotions. Heureusement que le  rire (politesse du désespoir) vient alléger la solitude de cette femme enfant si fragile et si forte aussi ! On a tous en nous quelque chose de Jessie. Encore bravo et longue vie à ce spectacle... Ta fidèle admiratrice. Geneviève P.

Super soirée , merci à vous pour cette expérience théâtrale passionnante. Marylène B.

Super spectacle ! Merci et bravo. Gérard F.

« Ma vie avec John Wayne »

Création Originale (durée du spectacle : 1h10)


Jessie doit trouver de l’argent (beaucoup d’argent) pour sauver son héritage : Une usine de cravates ! Elle cache la vérité à sa fille, prétexte un voyage d’affaires en Chine et se cache dans sa cabane refuge (dessinée avec intelligence par la scénographie de Daniel Fayet) en compagnie de son chien empaillé et de son grand amour John Wayne. La Puce aime les auteurs vivants et le texte de Lise Martin a été un coup de coeur. L’écriture se joue d’une légèreté parfois burlesque qui renforce la cruauté du propos. Ce sujet grave est traité avec Humour et croque le portrait d’une femme bouleversante. « Un puzzle qui s’assemble sous les yeux des spectateurs jusqu’à voir briller Jessie... Une étoile dans la nuit de l’existence. » dixit la metteuse en scène : Laure Casteil.

Pascale Barandon incarne Jessie, une femme perdue dans une recherche d’emploi complexe. Une femme égarée dans des fantasmes où l’image mythique du « dernier des géants » prend toute la place. Comme dans toutes les créations de la Compagnie, la présence d’un musicien semble évidente. Ici, le talent de Marc Simon et ses compositions originales accompagnent Jessie et ponctuent les tours et les détours des déserts de sa vie.

Après trois temps de Résidence : Au Quai des Arts - Au Cart - À La Maison de l’Eau, c’est la Ville de Sommières qui accueille les premières dates de cette nouvelle aventure. Merci à tous nos soutiens…

Let’s go !!!

Enregistrement Radio Sommières le 14 septembre 2018

L'AUTRICE - LISE MARTIN  

"Un Western au Théâtre.

J’avais depuis longtemps enfoui quelque part en moi la furieuse envie de faire appel à l’univers des Westerns, raconter l’histoire d’une héroïne moderne et d’en faire un objet théâtral. Il y a tout dans un western.

Et la philosophie du genre est le contraire du libéralisme à tout crin..."

 

LA METTEUSE EN SCÈNE : LAURE CASTEIL

 « A la lecture de la pièce j’ai tout de suite eu un sentiment de sympathie pour cette femme. Aucune pitié. Juste de la Sympathie. Marie-Christine/Jessie est une femme habitée, habitée par un imaginaire qui lui permet de sortir de la sordide réalité dans laquelle elle vit. Et c’est avant tout le courage de cette femme que je veux mettre en valeur. Car il en faut du courage pour braver la solitude...  Pascale/Jessie a une force qui la pousse vers un désir fou de vivre une autre vie, loin de la banalité de la morosité quotidienne... "

 

LA COMÉDIENNE - PORTEUSE DU PROJET : PASCALE BARANDON

« Bang ! Coup de cœur pour le texte de Lise. Entre fantasme et réalité, il y a l'illusion d’un western urbain misant sur une proximité vivante avec le public, témoin des errances de cette femme égarée dans une recherche d’emploi complexe.

Jessie est enfermée dans un imaginaire où l’image mythique de son héros : John Wayne prend toute la place et verrouille son utopie dans une trop grande solitude.

L’écriture envisage une légèreté parfois burlesque et les univers sonores de Marc comme ses compositions originales dessinent les tours et les détours d’un voyage où l’héroïne et son cow-boy magnifique se perdent dans le désert surexposé de leur nouveau Western… »

 

LE MUSICIEN : MARC SIMON 

Toute la vie de Marie-Christine (pardon pour elle, Jessie, comme dans le film) se déroule en un seul lieu : son imaginaire. Pour un musicien, quel défi !

La musique comme voix de l’intérieur.

Le kaléidoscope des émotions de notre héroïne va fournir la matière de surprenantes évocations sonores, entre musique répétitive, jazz et rengaines absurdes...

Douleur, confusion et solitude, avec l’extraordinaire dimension tragi-comique de l’unique personnage de la pièce.

Surgiront ça et là quelques ombres fugitives : parmi elles,  celles des grands thèmes musicaux de westerns où John Wayne s’est illustré. John Wayne, pardon Marion Michael Morrison, encore un « character » inventé par lui-même : Statue du Commandeur… grincement de fauteuil hors d’âge.

Pour galoper dans les vastes plaines ventées de l’Ouest mental, Jessie n’a pas besoin de cheval. Toute erratique et hallucinée qu’elle soit, sa détermination suffit. Pour la comédienne et le musicien, musique et chant vont être portés par cette imprévisible force. Vers quelle destination inconnue ?"